Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fiche pédagogique Jean de la lune

4 Décembre 2012 , Rédigé par duluxysurletableau.over-blog.com Publié dans #Parcours Culturel

 

Jean de la lune (2012) de Stephan Schesch
d'après le livre de Tomi Ungerer

Jean de la Lune est une adaptation du fameux conte de Tomi Ungerer publié en 1966 et édité en France en 1969. Évidemment, du livre d'une trentaine de pages au long métrage, l'histoire a subi de nombreuses modifications qui vont toutes dans un même sens : l'étoffer. Il est ainsi important de considérer ce film comme une œuvre autonome.

De nouveaux personnages 

Parmi les personnages inventés, il y a notamment le Président de la Terre et les enfantsqui ne parviennent plus à dormir depuis que Jean de la Lune a quitté son astre. Le président permet de susciter davantage de tension par le régime autoritaire qui est le sien, comme par sa volonté permanente de conquête. Quant aux enfants, ils semblent liés à Jean de la Lune, l'apercevoir dans son astre alors que les adultes ne le voient pas et lorsque des adultes le reconnaissent (le docteur Ekla des Ombres ou le père de la fillette), cela les renvoie à leur enfance. 

                                   personnage-ajoute.JPG 
 

 

Une mise en abîme

La fillette, son père et le chien présents dans une voiture n'étaient que des personnages parmi d'autres au sein d'une page du livre et deviennent le fil conducteur du récit : ils débutent et concluent le film. Par eux, le récit boucle la boucle - nous partons d'un point et y revenons -, adoptant la figure au centre des images : le cercle.
En ouverture, ces personnages regardent la fin d'un film dans un drive-in. La mise en abîme est ici particulièrement malicieuse : elle s'attache à la fin d'un film et cela est placé au début du film que nous regardons. Le film se termine par ces mêmes personnages qui, comme promis la veille par le père, reviennent dans le drive-in pour y revoir ce film « vraiment incroyable ! »qui débute alors : le titre Jean de la Lune s'affiche et une partie de la couverture du livre de Tomi Ungerer est aperçue sur l'écran !
Ces personnages qui nous permettent d'entrer dans le récit, puis finalement d'en sortir, sont revus à plusieurs reprises, toujours dans leur voiture - ou à proximité de celle-ci. Leur présence ponctue le récit, mais ils jouent également un rôle décisif : ce sont eux qui ramènent Jean de la Lune chez le docteur Ekla des Ombres, lui permettant ainsi de repartir chez lui (avec la fusée inventée par le savant). 

 

                                  petite-fille.JPG


Le jeu sur l'espace
Les plans sont parfois remplis à l'excès, l'espace semblant saturé de personnages (lors de la réception organisée dans le palais présidentiel), d'objets (dans la maison du docteur Ekla des Ombres), de végétation et d'animaux (quand Jean de la Lune découvre la nature)… Cela accentue la dimension grotesque de la scène et souligne les jeux de pouvoir qui en sont au centre (le Président de la Terre et sa cour), pointe l'aspect touffu et étrange des expériences du scientifique, suggère la richesse de la découverte effectuée par Jean de la Lune (diversité des formes, des couleurs) et l'émerveillement qui en découle. Au fil du film, cela est montré au sein de plans larges ou de plans serrés, l'échelle des plans accentuant ou pas l'impression de trop-plein.

À l'inverse, certains plans jouent sur des espaces peu remplis. Cela permet de souligner la solitude de Jean de la Lune (sur son astre ou placé dans une cellule sur terre), le pouvoir du président (vu déjeunant seul dans une immense salle à manger, cette immensité étant propice à des gags : l'ours blanc empaillé qui bouge finalement, l'escargot présent dans l'assiette sur le plateau repas). Les espaces traversés en voiture par la fillette, son père et le chien sont également plutôt amples et vides, contenant peu d'autres présences humaines - et ils sont représentés de manière assez minimaliste.

L'alternance d'espaces pleins et d'espaces vides souligne des différences entre les personnages comme dans les situations rencontrées par un même personnage. Et l'espace peut se vider d'un coup : après la fuite des invités, la salle de réception du palais présidentiel est aperçue vide, puis la lumière s'éteint, la laissant dans l'obscurité. Comme lorsqu'elle était pleine, cette salle est saisie en plongée, cet angle de prise de vue accentuant le contraste entre les deux états de la pièce.

 

                                        jean-miroir.JPG

Les partis pris de la mise en scène

Le filmage comme le montage sont dynamiques. Les mouvements de caméra sont nombreux et, parfois en caméra subjective, ils rapportent alors le regard d'un personnage, cela donnant souvent lieu à des plans surprenants : une enfilade de néons, puis la lune vues en contre-plongée par la fillette allongée dans la voiture. La plongée et la contre-plongée - parfois particulièrement prononcées - sont souvent utilisées, notamment pour saisir les déplacements des personnages ou un événement singulier (lorsque la voiture s'approche de Jean de la Lune et que le père de la fillette freine pour ne pas l'écraser, le véhicule se mettant en travers de la route) ; elles jouent également un rôle esthétique, soulignant les lignes de construction de l'image, permettant de faire ressortir les formes qui en sont au centre (cercles, carrés, rectangles…). Quand au montage, parfois sec et nerveux, il utilise les raccords sur le mouvement, les champs-contrechamps, les ouvertures au noir (pour débuter un nouveau chapitre du récit) et le fondu au blanc de manière judicieuse et créative.

 

Boris Henry

 

Pistes pédagogiques

Comment définiriez-vous Jean de la Lune ?

Il est seul et triste ? Il est curieux ? Il est drôle ? Il s'adapte à ceux qui l'entourent ?

Une fois la lune quittée, est-il toujours lié à elle ? Comment cela se manifeste ?

Au cours du récit, découvre-t-il l'amitié ?

Pourquoi repart-il sur la lune ? De là, sur qui va-t-il pouvoir veiller (il dit au docteur Ekla des Ombres : « La lune… est ma maison. Je veux être là… pour tous les gens de la terre. ») ?

De quoi parle le film ? 

Quels thèmes les élèves ont-ils repérés dans le film ?

On pourra leur proposer de travailler sur certains des thèmes abordés :

* La solitude : Jean de la Lune est-il moins seul lorsqu'il est sur terre ? Regrette-t-il sa lune ? Si oui, pourquoi ? Quelles sont les personnes qui allègent sa solitude ?

* La différence : En quoi Jean de la Lune est-il différent des humains ? Quels sont ceux qui rejettent (le Président et ses hommes) et ceux qui acceptent cette différence (Ekla des Ombres, les enfants, les passagers de la voiture) ? Pour quelles raisons ?

* La liberté : Sur terre, Jean de la Lune découvre-t-il une certaine liberté ? Comment s'exprime-t-elle ? Peut-il davantage bouger son corps qu'il ne le faisait sur la lune ? Quels sont les personnages (la fillette, son père et leur chien) qui ne cessent de se déplacer durant le film, paraissant libres d'aller où ils le souhaitent ?

* Le totalitarisme et l'expansionnisme : Pourquoi le Président de la Terre veut-il conquérir la lune ? Pourquoi exhibe-t-il Jean de la Lune dans une cage et le place-t-il en prison ?

* La découverte de la nature : Qu'éprouve Jean de la Lune face à la nature ? Sait-il comment s'y prendre, notamment avec les fleurs (il s'appuie sur l'une d'elles et tombe) ?

* L'importance de l'imagination et du rêve : Pourquoi les enfants ne dorment pas lorsque Jean de la Lune n'est plus dans son astre ?
 

Décrire

Jean de la Lune sortant du trou effectué sur terre par la comète: Quels gestes effectue-t-il ? Son corps est-il limité par l'espace comme il l'était manifestement dans la lune ? Reste-t-il au même endroit ? Que découvre-t-il ? Se sent-il libre ?
 

 

Chercher dans le film

Quelques-uns des nombreux animaux présents : un rhinocéros bleu à poils jaunes, une baleine et un calamar géant transparents, un escargot qui sort d'une assiette, des mammouths dans un champ, un hibou perché sur un cerf et un hibou vert qui tient avec ses ailes une fourchette et un couteau, un kangourou assis sur une balançoire, un oiseau qui pond un œuf plus gros que lui, un tentacule violet, des animaux morts qui s'animent (un ours blanc empaillé, la peau d'un loup)…

 

a À l'issue de cette recherche et à partir de cet étrange bestiaire, on pourra écrire avec les élèves un texte à la manière de Robert Desnos et de sa célèbre Fourmi.

 

 

                                          animaux-bizzards.JPG

 


Des cercles :
la lune, la tête de Jean de la Lune, la comète, le palais présidentiel (construit avec des cercles concentriques et ses pièces sont donc rondes), le dôme de ce palais, l'œil du Président de la Terre apparaissant au bout d'une longue vue, le trou en forme de cercle effectué par la comète, le casque d'un scaphandre de cosmonaute, le boulet attaché au pied de Jean de la Lune dans sa cellule, le haut de la fusée vu en plongée…

a On demandera aux élèves, pourquoi, selon eux, les cercles sont si nombreux au sein du film et quel est leur rôle ?

a Si cela n'a pas été dit par les élèves, on pourra leur préciser que la présence du cercle au sein des plans renvoie à la lune dont est originaire Jean de la Lune, astre dont il a eu l'habitude d'adopter la forme, sa tête étant elle-même ronde comme une lune et l'ensemble de son corps possédant la blancheur et l'éclat de l'astre lunaire.

                                   rond-de-lune.JPG

Des détails insolites : une femme à tête de chat, un homme chauve à lunettes dont les dents sont plantées dans l'épaule d'une femme, un reflet qui paraît transformer un pont en pneu, un champignon puis une bougie posés sur une branche, une théière placée sur un siège de voiture…

 

 

Lien

L'affiche, le dossier de presse, un dossier pédagogique, des coloriages et des photos du film sont téléchargeables sur le site Internet du distributeur :

http://www.le-pacte.com/france/prochainement/detail/jean-de-la-lune/

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article